CP 138, 1211 Genève 12
Jacques Albohair, 078 600 60 34
info (at) ushagram-suisse.org
www.ushagram-suisse.org

Retour liste récapitulative

 


RESILIENCE ET AUTONOMISATION DES FAMILLES DE REFUGIES

Fiche individuelle
_________________________________________________________________

Période : 2017-2018
Montants en CHF

 

 


L I B A N
Campement de réfugiés d'Al-Qaa, Plaine de la Bekaa, Nord-Est
ONG locale : "arcenciel", Beyrouth, Bekaa
Contact : Belinda Rathle
_________________________________________________________________
P R O J E T - P R I O R I T A I R E

1) FORMATION AGRICOLE ET ARTISANALE (lib17)
Pour 20 femmes syriennes du campement d'Al-Qaa
Financé en 2017
(rapport intermédiaire, en bas de page) - ***RAPPORT FINAL EN PDF***

- Couture : 16'000 USD > 16'059 CHF
- Agriculture : 15'000 USD > 15'056 CHF
- services de formation, commercialisation, suivi : 24'600 USD > 24'961 CHF
- Transports : 7'200 USD > 7'227 CHF
- Coûts indirects : 3'140 USD > 3'152 CHF

Apport de l'ONG locale en fonds propres -16.50% : USD -10'930
Frais de gestion Ushagram Suisse 12% : 6'630 CHF

TOTAL CHF 61'885
SOIT 3'094.- / femme pour 13 mois
des divisibles de ce montant seraient souhaitables
le nombre de femmes formées sera adapté à la hausse ou à la baisse, en fonction des fonds récoltés

Budget détaillé à télécharger >>> colonne de droite >>>

_________________________________________________________________

(rapport intermédiaire, plus bas)

Descriptif

Le Liban accueille 2 millions de réfugiés syriens officiels, soit 40% de population en plus, dont 75% de femmes et d'enfants, en majorité rassemblés dans les régions déjà défavorisées et vulnérables du pays, comme la Bekaa. Plus on s'éloigne de la capitale et se rapproche de la frontière syrienne, plus leur condition est précaire.

Les fonds internationaux alloués aux familles baissent et les syriens subissent d'importantes restrictions sur le marché du travail. La pression qu'ils exercent sur ce dernier crée des tensions avec les locaux. Il est donc important de leur transmettre des compétences pour favoriser leur autonomie.

Les réfugiées sont motivées et déterminées à se reconstruire et extraire leur familles de la misère. C'est donc par elles que cette amélioration peut avoir lieu et bénéficier à toute la communauté. Par ailleurs, ces compétences leur seront utiles lors du retour au pays.

Le projet a pour but de renforcer leur capacité économique et leur résilience. Il s'agira de cultiver des plantes médicinales et aromatiques, activité qui ne rentrera pas en concurrence avec celles des locaux. Ce produit de niche à valeur ajoutée peut être cultivé en bacs et conservé. Le projet inclura 3 modules : l'apprentissage agricole, la formation en couture pour les emballages et l'accès au marché. L'ONG partenaire déjà active dans la région les accompagnera et les suivra tout au long de ces étapes. Les autorités locales, qui lui sont connues, feront partie de la démarche, ce qui devrait favoriser la tolérance des réfugiés parmi la population.

Les bénéficiaires directs seront 20 femmes du camp d'Al-Qaa au Nord-Est de la Bekaa, à quelques kilomètres de la frontière. Le projet s'étalera sur une durée de 13 mois. Le montant recherché correspond à 3'094.- / femme pour 13 mois de formation, d'accompagnement et de suivi avec le matériel. En fonction des fonds récoltés, le nombre de participantes sera soit réduit, soit augmenté

_________________________________________________________________

RAPPORT INTERMEDIAIRE

Nous avons rendu visite aux bénéficiaires du projet en janvier 2018.
Le projet, financé en 2017, est en cours de réalisation en 2018.

La visite de lancement du projet à Al Qaa, à 3h de route de Beyrouth, s'est faite avec des membres de l'association arcenciel, dont un membre du service des relations extérieures, la responsable des projets agricoles, le gestionnaire terrain des projets agricoles et la responsable des projets sociaux. Les responsables d'arcenciel se sont entretenus avec les bénéficiaires et ont pris note de la situation et des conditions afin de mettre en place le projet.

Arrivés au campement nous notons que ce groupe de réfugiés a bénéficié en 2017 de bâches renforcées et de matériel isolant fournis par le HCR afin d'améliorer le confort malgré tout fort rudimentaire de leurs abris. Les installations sanitaires n'ont pas changé. De même les installations d'approvisionnement en eau par remplissage de réservoir, ainsi que le manque d'électricité. Quelques cas d'affection de peau sont notables, surtout chez les enfants. Sinon leur vie n'a pas changé. La discussion avec le chef du camp nous a permis de comprendre que 2017 avait été leur pire année depuis 6 ans. Pour des raisons qu'il ne comprenait pas, le HCR semble avoir retiré son aide financière à un certain nombre de tentes / familles.

Le directeur s'y est rendu une seconde fois avec le gestionnaire terrain des projets agricoles afin de rencontrer le propriétaire terrien et s'assurer de sa coopération. Nous avons également eu un dialogue plus approfondi avec le chef de camp, et séparément, avec la doyenne et un groupe de femmes. Il s'agissait de les préparer psychologiquement, de prévenir les réticences éventuelles et de prendre note de leurs nécessités existentielles. Nous avons noté leurs besoins en poêles de chauffage, en volailles et en chèvres. Nous devrons nous organiser pour leur fournir, en parallèle à la formation, au moins une partie de ces besoins existentiels. Une partie de l'excédent collecté cette année y contribuera. Ceci permettra d'améliorer leurs conditions de vie, mais aussi de les prédisposer positivement à l'aventure inconnue que nous mettons actuellement en place pour eux.
Du fait de ce même excédent, nous pouvons augmenter la participation prévue initialement de 20 femmes à 20 familles pour la formation agricole et 50 femmes pour la couture.

La culture des plantes aromatiques est peu gourmande en eau, toutefois il faudra quand même irriguer. Sur place les spécialistes d'arcenciel mettront en place diverses techniques pour stocker l'eau, avec des collecteurs d'eaux de pluie et des réservoirs dédiés.

Du fait de l'interdiction faite aux syriens de cultiver le sol libanais pour leur compte et compte tenu du terrain rocailleux sur lequel ils sont installés, la culture se fera en pots. Ils apprendront à sécher les plantes et à confectionner les pochettes décoratives pour les y mettre. arcenciel revendra ensuite pour eux la production par le biais du magasin de sa ferme modèle, Taanayel, très fréquentée, à 1h30 de route au sud. En confectionnant le produit fini, les bénéficiaires apprendront ainsi à améliorer le quotidien de leurs familles grâce à la mise en œuvre de ce projet agricole générateur de revenu.

Nous publierons à intervalles réguliers la progression de ce projet sur la page Facebook de l'association et sur cette page-ci.

Galerie de photos colonne de droite.

 

Fiche avec photos :


DOCUMENTS

>>> RAPPORT FINAL

>>> Photos 2018

__________________

Doc programmatique :
- document programmatique, budget chronogramme etc.

Autre document:
Rapport de visite jan 17

Infos sur l'ONG locale :
- Statuts
- Acte constitution
- organigramme (en)


PHOTOS & VIDEOS

Nos photos camp Al-Qaa
- galerie 1
- galerie 2

Nos photos d'autres campements et visites
- Majdal Anjar
- Qob Elias
- Manufacture
- Bar Elias

Photos et vidéos externes :
- vidéo : réfugiés - Bekaa
- video du UNHCR
- vidéo sur la thématique (activer les sous-titres)